Obtenir le lecteur Adobe Flash

Obtenir le lecteur Adobe Flash

République Dominicaine

Histoire

Habité par les Taïnos depuis le VIIe siècle, le territoire de la République dominicaine a été atteint par Christophe Colomb en 1492 et devint le site des premières colonies européennes en Amérique, Saint-Domingue devenant la première capitale espagnole au Nouveau Monde.

Après trois siècles de règne espagnol, avec un interlude français et haïtien, le pays devint indépendant en 1821 mais fut rapidement repris par Haïti. Victorieux lors de la guerre d'indépendance de la République dominicaine en 1844, les Dominicains eurent pourtant de nombreuses difficultés à parvenir à une stabilité politique durant les 72 années suivantes.

La République dominicaine s'est présentée en 1887 pour participer pour la première fois de l'histoire contemporaine à l'Exposition universelle de 1889 à Paris.

Les États-Unis occupèrent le pays de 1916 à 1924 et, après une période de six ans de calme et de prospérité sous Horacio Vásquez Lajara, s'en est suivie la dictature de Rafael Trujillo jusqu'en 1961.

Parvenu au pouvoir le 23 février 1930 à la suite d'un coup d'État, le despote Rafael Leónidas Trujillo Molina régna sans partage jusqu'à son décès. Il changea le nom de la capitale du pays (Saint-Domingue) en Ciudad Trujillo, s'appropria à son bénéfice et celui de sa famille la majeure partie des terres arables. Son régime fut marqué par la répression, l'usage de la torture et le meurtre politique. En 1937, il ordonna le massacre de 15 000 Haïtiens. Dès août 1960, l'Organisation des États américains (OEA) imposa des sanctions diplomatiques à son encontre estimant qu'il était complice de la tentative d'assassinat du président vénézuélien Rómulo Betancourt. Le 3 août 1960, Joaquín Balaguer Ricardo, qui depuis 1935 avait été à divers titres au service du régime Trujillo, devint « président constitutionnel » fantoche au service de Trujillo. Au bénéfice de sa position au sein de l'appareil d'État, il réussit à prendre le pouvoir à la suite de l'assassinat le 30 mai 1961 de Trujillo (La Fiesta del chivo). Il fut néanmoins rapidement renversé.

La première élection libre depuis près de cinquante ans porta au pouvoir Juan Bosch, chef du Parti révolutionnaire dominicain (PRD). Celui-ci fut à son tour renversé par un coup d'État militaire. Très rapidement la situation devint confuse et la dernière guerre civile du pays se solda en avril 1965 par une occupation des forces armées des États-Unis. Cette confusion est usuellement mise en relation avec le fait que Bosch était perçu comme procastriste.

Balaguer remporta les élections de juin 1966 et fut, aux termes d'élections fortement influencées par la violence politique d'État au service d'une dictature, réélu en 1970 et en 1974.

En 1978, Silvestre Antonio Guzmán Fernández, candidat du Parti révolutionnaire dominicain (PRD), fut élu. Il laissa la place en 1982 à Salvador Jorge Blanco, également membre du PRD.

Balaguer retrouva un pouvoir de moins en moins dictatorial à la suite de l'élection présidentielle de 1986, et fut réélu en 1990 et en 1994. Cette dernière élection aux résultats serrés fut, aux dires des observateurs internationaux, suffisamment entachée d'irrégularités pour que seulement deux ans plus tard, la constitution soit modifiée et de nouvelles élections organisées.

Celles-ci conduisirent à l'élection du candidat du Parti de la libération domicaine (PLD ; centre-droit) Leonel Fernández Reina, âgé de 43 ans.

En 2000 c'est le candidat PRD (membre de l'Internationale socialiste) Hipólito Mejía Domínguez qui accède au pouvoir. Il était opposé, d'une part, à Danilo Medina, candidat du PLD — Leonel Fernández ne pouvant se présenter pour un second mandat consécutif au vu de la Constitution — et, d'autre part, à Balaguer, candidat du Parti réformiste social chrétien (PRSC ; conservateur). Balaguer, âgé de 93 ans, obtient plus de 24 % des voix et manqua de peu la possibilité de provoquer un deuxième tour. Balaguer meurt le 14 juillet 2002, mettant ainsi fin à son implication dans une très longue transition vers la démocratie.

Hipólito Mejía Domínguez, candidat après une modification de la constitution lui permettant de se présenter pour un second mandat, perd l’élection présidentielle de 2004 au profit de Leonel Fernández.

Aux élections législatives du 16 mai 2006, le PLD, parti de Leonel Fernández, obtient des électeurs dominicains une majorité au Sénat et à la Chambre des députés. Leonel Fernández est réélu président de la République lors des élections du 16 mai 2008. Danilo Medina lui succède en 2012.

Formalités

Passeport valable 6 mois après le retour.

Visas

Court séjour
En cas de séjour d’une durée inférieure ou égale à 3 mois, les ressortissants français ne sont pas soumis à l’obligation de visa. La présentation d’un passeport, dont la validité minimale doit être de 6 mois à compter de la date d’entrée sur le territoire dominicain, est nécessaire (en vertu d’un décret du 19 octobre 2011).

Long séjour
En cas de séjour d’une durée supérieure à 3 mois et notamment d’établissement dans le pays, les étrangers doivent préalablement détenir un visa en adéquation avec le motif de leur séjour. Les contrevenants ne seront pas en mesure de régulariser leur situation migratoire sur place.

Taxes aéroportuaires

Les étrangers non-résidents doivent s’acquitter d’une taxe d’entrée de 10 USD, correspondant à l’obtention d’une carte de Touriste, ainsi que d’une taxe de sortie de 20 USD. Si cette taxe n’a pas été incluse dans le billet d’avion, il est impératif de posséder cette somme sur soi.

La carte de Touriste permet de rester dans le pays pour une durée maximale de 30 jours. Passé ce délai, le voyageur peut prolonger son séjour en payant une taxe correspondant au temps supplémentaire passé dans le pays.

Mise à jour des formalités sur le site : diplomatie.gouv.fr

 

Climat

Monnaies

Peso dominicain

Santé

Il n’existe aucune convention en matière de protection sociale entre la France et la République dominicaine. Tous les soins médicaux doivent généralement être réglés directement par les patients.

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une assurance.

Plusieurs cas ont été signalés de malades n’ayant pu être hospitalisés faute d’avoir acquitté, avant tout soin, des sommes très élevées (en dollars américains) auprès d’établissements hospitaliers. Ces pratiques sont courantes dans tout le pays - où les honoraires des médecins sont libres - surtout dans les zones les plus touristiques. Il convient donc de se renseigner auprès de sa mutuelle avant de partir, et de souscrire une bonne assurance pour la durée prévue du séjour.

Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire pour entrer en République dominicaine. Cependant :

  • la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée ;
  • d’autres vaccinations peuvent être conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes
  • Paludisme : cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, moustiquaires…) et un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
    Classification : le pays est classé en zone 1.
  • Dengue : cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave (forme hémorragique), il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est formellement déconseillée.
  • Chikungunya : une épidémie de chikungunya s’étend dans les Antilles depuis décembre 2013, et touche la République dominicaine depuis février 2014. Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires). En cas d’infection, en particulier pour les personnes présentant des symptômes aigus et pour les plus vulnérables (nourrissons, personnes âgées et femmes enceintes), il est recommandé de consulter un médecin. L’utilisation d’une moustiquaire pour éviter la propagation aux proches est fortement recommandée.

Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site internet de l’Institut Pasteur.

  • Il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

- Zika

La République dominicaine est touchée par la maladie à virus Zika. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. Les symptômes de la maladie (fièvre, maux de tête, douleurs articulaires, état fébrile, éruptions cutanées) sont analogues à ceux observés dans les cas de dengue et de chikungunya. Il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements) le matin et en fin de journée. Il faut également se protéger durant la nuit.
En cas de grossesse : l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable. Il est recommandé aux femmes enceintes, ou ayant un projet de grossesse, souhaitant se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur voyage ou de consulter préalablement un médecin pour être informées des complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika. Si elles ne peuvent ou ne veulent différer leur voyage, elles doivent renforcer les mesures de protection antivectorielles et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des
produits insecticides et répulsifs.
Il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.
En savoir plus :
1. Consulter les informations sur la
maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).
2.
Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

Rage

Des cas de rage ont été signalés dans le pays. Il est recommandé de se tenir à l’écart des animaux. En cas de morsure par un animal, contacter le centre antirabique de Saint-Domingue (Avenida Juan Pablo Duarte 331, tel : (1) 809.681.1637).

Leptospirose

La leptospirose est une maladie bactérienne contractée au cours d’activités sportives ou de baignade en eau douce. Il convient donc d’éviter les baignades en eau douce, de veiller à une hygiène rigoureuse des mains et au port de vêtements adaptés (bottes notamment) pour la traversée de zones humides. Il convient de consulter un médecin en cas de fièvre ou de symptômes grippaux.

Ciguatera

La ciguatera est une intoxication alimentaire liée à l’ingestion de poissons tropicaux associés aux récifs coraliens. Aux symptômes habituels de l’intoxication alimentaire, peuvent s’ajouter des sensations de picotement ou d’engourdissement autour des lèvres, du nez, des mains, des pieds et en d’autres endroits de la peau, des sensations de brûlure au contact de l’eau froide, ou des démangeaisons. Il est recommandé de consulter un médecin.

Choléra

Afin de diminuer les risques de transmission, il convient d’observer des règles d’hygiène alimentaire de base :

  • se laver régulièrement les mains (à l’eau savonneuse ou avec des gels hydro-alcooliques), en particulier avant tous les repas,
  • consommer de l’eau minérale en bouteille (ou bouillie),
  • peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes,
  • éviter la consommation de poissons, coquillages ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits,
  • éviter les lieux (« cantines ambulantes ») ne garantissant pas toutes les conditions d’hygiène requises.
Hygiène alimentaire

Il est formellement déconseillé de boire l’eau du robinet. Il est possible de trouver de l’eau en bouteille capsulée dans l’ensemble du pays. Par ailleurs, il est conseillé :

  • d’éviter l’ingestion de glaçons, de légumes crus ;
  • de s’assurer d’une cuisson suffisante des aliments ;
  • de veiller à un lavage soigneux des mains avant chaque repas ;
  • d’éviter de boire à même les canettes.
Sida

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Infrastructures de santé

En cas de consultation médicale, notamment dans les dispensaires situés dans l’enceinte des hôtels, il est impératif de bien se faire spécifier le prix de la consultation. De même, en cas d’hospitalisation, il est indispensable de demander un devis préalablement à toute intervention et à tout acte médical et de vérifier auprès de votre assurance les modalités de prise en charge des soins (remboursement ou prise en charge directe). Il est fréquent que les hôpitaux empêchent la sortie des personnes n’ayant pas réglé l’intégralité de leurs frais médicaux, qui peuvent atteindre des sommes très élevées, même pour des actes médicaux simples.

Quelques règles simples
  • Evitez les baignades en eau douce et dans les eaux stagnantes (risque de transmission parasitaire ou bactérienne : voir leptospirose)
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin pendant votre séjour, voire un peu plus par précaution.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites internet suivants :

Langues

La langue officielle est l'espagnol.

Fêtes

Excursions

Adresses utiles

Quai d'Orsay



Nos agences de voyages en région Nord-Pas-de-Calais
Au Comptoir des Vacances
35 place Foch
62500 St-Omer
Tél. : 03 21 98 04 31
M. Voyages
42 rue de Dunkerque
62500 Saint-Omer
Tél. : 03 21 39 68 75
M. Voyages
38 rue du Maréchal Leclerc
59190 Hazebrouck
Tél. : 03 28 40 62 95
M. Voyages
Zone Commerciale ED Picard - RN 43
62119 Noyelles-Godault
Tél. : 03 21 43 98 86