Obtenir le lecteur Adobe Flash

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Brésil

Histoire

Le blason de la république portait, à l'origine, le nom adopté par le pays après l'abolition de la monarchie : Estados Unidos do Brasil (États-Unis du Brésil). La version actuelle, établie par la loi no 5700, du 1er septembre 1971, reflète le changement du nom officiel du pays en República Federativa do Brasil (République fédérative du Brésil)16,17. Le drapeau brésilien présente un grand losange jaune sur fond vert, ce qui symbolise l'union impériale lors de la naissance de la maison royale brésilienne. Le vert représente la maison royale de Bragance à laquelle appartenait Pierre Ier (Pedro I), le premier empereur brésilien. Le jaune représente la maison royale autrichienne de Habsbourg car Marie-Léopoldine d'Autriche, la femme de Pierre Ier, était une princesse autrichienne.

Au centre du losange, où trônait le blason de l'Empire du Brésil, a été placé une sphère bleue qui représente le ciel de Rio de Janeiro au jour du coup d'état qui installa la République. Les 27 étoiles dessinées sur ce fond représentent les 26 états fédérés ainsi que la capitale du pays. Au centre de la sphère on retrouve la fameuse bannière portant l'inscription « Ordem e Progresso », (« ordre et progrès »), la devise nationale du pays. Cette inscription vient d’Auguste Comte, philosophe et père du positivisme18.

La disposition des étoiles du drapeau reflète celle du ciel de Rio de Janeiro le 15 novembre 1889 à 20 h 30, date de l'institution officielle de la République19.

Les tentatives de colonisation française au Brésil : la France antarctique et la France équinoxiale.

Formalités

Passeport valable 6 mois après le retour.

Si votre vol transite via les Etats-Unis, se conformer à la législation en vigueur dans le pays. Une autorisation ESTA est obligatoire et payante.

Les Français sont dispensés de visa pour tout séjour inférieur à 90 jours. Le passeport doit avoir une validité de six mois au minimum : tout voyageur doit être munis d’un billet de retour ou de sortie du territoire brésilien.

 

Cas des doubles nationaux (franco-brésiliens)

Les Franco-Brésiliens sont soumis à la loi brésilienne une fois qu’ils se trouvent sur le territoire brésilien. Ils doivent à ce titre entrer et ressortir du territoire muni d’un passeport brésilien.

Les enfants et les adolescents franco-brésiliens titulaires du nouveau modèle de passeport brésilien pour mineurs avec filiation et autorisation de voyage imprimées sur la page d’identité, désormais en circulation, peuvent voyager avec un seul de leurs deux parents, sans distinction. Les titulaires de modèles antérieurs doivent être munis d’une autorisation de voyage signée par les parents ou le représentant légal. Avant le voyage, il est vivement conseillé de vérifier l’application de ces modalités auprès du consulat général du Brésil à Paris.

Mineurs

Par précaution, il est recommandé à tous les parents français qui ne voyagent pas avec leurs enfants de signer ensemble une autorisation de sortie du territoire établie sur papier libre et de les en munir. Les signatures doivent être légalisées.

En France, les autorisations officielles de sortie du territoire pour mineurs ne sont plus délivrées depuis le 1er janvier 2013. Un mineur français peut se rendre au Brésil avec un seul de ses parents sans autorisation écrite de l’autre parent.

Au Brésil, les mineurs étrangers voyageant seuls ne sont jamais dispensés de fournir la preuve que leurs parents ou tuteurs légaux les ont autorisés à le faire.

Fièvre jaune

L’entrée au Brésil est désormais soumise à l’obligation de vaccination contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance des régions ou pays suivants : Guyane française, Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela. L’original du certificat de vaccination est nécessaire.

Animaux de compagnie

Si vous souhaitez vous rendre au Brésil avec un animal de compagnie, son retour sur le territoire de l’Union européenne ne sera possible qu’après un test de titrage sérique de ses anticorps antirabiques. Cette démarche vient s’ajouter à l’obligation de tatouer l’animal ou de l’équiper d’une micro-puce, de le faire vacciner contre la rage et de lui faire établir un certificat ou un passeport sanitaire.

Ce titrage sérique, effectué dans un laboratoire agréé par l’Union européenne, est un prélèvement sanguin permettant de s’assurer de l’efficacité de la vaccination de l’animal contre la rage. Il devra être réalisé au moins trois mois avant l’entrée sur le territoire brésilien sur un animal identifié dont la vaccination est en cours de validité au moment de la prise de sang. Ce délai ne s’applique pas en cas de réintroduction si le titrage a été réalisé avec un résultat favorable avant que l’animal n’ait quitté le territoire de l’Union européenne. Le résultat du titrage sérique restera valide la vie de l’animal durant, sous réserve que la vaccination contre la rage soit toujours en cours de validité.

Il existe deux laboratoires agréés par l’Union européenne au Brésil, tous deux se trouvent à São Paulo :

  • Instituto Pasteur : avenida Paulista, 393 - São Paulo SP / Tél : 55 11 3289 7738 / Fax : 55 11 3289 0831 / pasteur@pasteur.saude.sp.gov.br
  • Laboratorio de zoonoses e doenças transmitidas por vetores : rua Santa Eulalia, 86 Santana - Sao Paulo SP / Tél : 55 11 6224 55 46 / Fax : 55 11 6251 2249 / zoonoses@prefeturia.sp.gov.br

Si vous vous rendez ailleurs sur le territoire brésilien, l’envoi des prélèvements biologiques vers les laboratoires autorisés deviendra plus aléatoire et il est vivement recommandé de procéder à ce titrage sérique dans l’un des quatre laboratoires actuellement agréés en France, avant de voyager avec l’animal : le Laboratoire départemental d’analyses du Pas-de-Calais, à Arras, l’AFSSA Nancy, à Malzeville, le Laboratoire vétérinaire départemental de Launaguet et le Laboratoire départemental de la Sarthe, au Mans.

Pour de plus amples informations, il convient de prendre l’attache de l’Ambassade du Brésil à Paris.


Mise à jour des formalités sur le site : diplomatie.gouv.fr
 

Climat

Monnaies

Le Real : 1 BRL : 0.27€ env
 

Santé

Avant le départ

Il est recommandé de consulter votre médecin au moins deux semaines avant le départ.
Il est aussi très fortement conseillé de souscrire une assurance de voyage auprès d’une compagnie d’assistance garantissant une couverture médicale et le rapatriement sanitaire. Cette garantie doit pouvoir couvrir la contrevaleur en monnaie locale d’au moins 30.000 euros (les frais médicaux ou de rapatriement pouvant cependant atteindre un niveau largement supérieur). Vérifiez par conséquent le montant du plafond de cette assurance avant votre départ.

Il est possible que votre mutuelle (assurance habitation ou automobile par exemple) offre une assistance à l’étranger. Vérifiez ce point.

Assurez-vous d’être en mesure de retrouver rapidement et facilement sur place le numéro de téléphone d’urgence de votre assurance ainsi que les références de votre contrat (par exemple au moyen d’une carte à glisser dans son portefeuille, ou en numérisant et en envoyant à votre adresse électronique ces informations). Vous pourrez également numériser les documents importants (passeport, acte de naissance, etc.).

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Paludisme (malaria) :

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A cela doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pendant un laps de temps variable suivant le produit utilisé. L’Amazonie, par exemple, est classée en groupe III, ce qui correspond à un risque de multi-résistance du parasite. Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement anti-paludéen éventuel.

Dengue :

Le Ministère fédéral de la santé du Brésil fait état d’une importante recrudescence de cette maladie cette année. En 2014, 550 400 cas avaient été enregistrés, et une très forte augmentation est décrite en 2015.
Le Sud-Est, Le Nord-Est et le Centre-Ouest sont les régions les plus concernées.

La dengue est transmise par plusieurs variétés de moustiques, de jour comme de nuit, mais surtout dans les deux heures suivant le lever du soleil et au moment du couchant.

La dengue se manifeste par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, maux de tête). Des complications hémorragiques sont possibles (la prise d’aspirine est formellement déconseillée : préférer d’autres anti-pyrétiques comme le paracétamol).

Des mesures de protection élémentaires s’imposent, telles que l’usage de produits anti-moustiques sur la peau et par imprégnation des vêtements. Il convient de même d’éviter tout séjour à proximité d’eaux stagnantes ou croupies. Les chambres à coucher, lorsque cela est possible, doivent être équipées de diffuseurs électriques de répulsifs. De même, le port de vêtements couvrants et l’utilisation de répulsifs en sprays sont recommandés. A ce jour il n’existe aucun vaccin.

Il importe de consulter un médecin en cas de fièvre durant le séjour ou après le retour en France, en faisant état dans ce dernier cas de votre voyage au Brésil.

La cartographie de la fièvre dengue au Brésil peut être consultée sur le site www.dengue.org.br.

Chikungunya :

Une épidémie de Chikungunya s’était déclarée dans les Antilles en décembre 2013 et avait progressé vers le Brésil. Les autorités sanitaires brésiliennes ont confirmé l’enregistrement des premiers cas autochtones de cette épidémie dans le Nord et le Nord-Est du pays (Etat de Bahia en particulier). Au total,plus de 2 000 cas avaient été enregistrés en 2014 et l’épidémie se poursuit en 2015.

Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires).

En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires).

Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site internet de l’Institut Pasteur.

Epidémie à virus Zika  :

Le virus ZIKA se propage très largement au Brésil depuis sa première identification par les chercheurs de l’Université Fédérale de l’Etat de BAHIA en avril 2015.

Comme celui de la dengue et du chikungunya, il est transmissible par les moustiques de type Aedes. L’épidémie se poursuit dans toute l’Amérique du sud.

L’Organisation Mondiale de la Santé a émis une alerte mondiale. Le Ministère brésilien de la santé estime qu’entre 500 000 et 1,4 millions de personnes ont été contaminées par le virus Zika en 2015 et qualifie la situation de « gravissime ».

Les signes avant-coureurs de la maladie (état fébrile, éruptions cutanées, maux de tête, douleurs articulaires) sont analogues à ceux observés dans les cas de dengue et de chikungunya. Il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements) le matin et en fin de journée. Il faut également se protéger durant la nuit.

En cas de grossesse : l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable. Il est recommandé aux femmes enceintes, ou ayant un projet de grossesse, souhaitant se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur voyage ou de consulter préalablement un médecin pour être informées des complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika. Si elles ne peuvent ou ne veulent différer leur voyage, elles doivent renforcer les mesures de protection antivectorielles et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs. Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

Le 30 novembre 2015, le gouvernement fédéral brésilien a annoncé la création d’un "plan national d’urgence" dans une tentative de contenir l’épidémie de microcéphalie dans le pays.
De très nombreux cas avérés ou suspects ont été dénombrés jusqu’à présent dans 13 états et dans le District fédéral (Ministère de la santé du Brésil (en portugais)). Toujours selon le Ministère brésilien de la santé, la contagion peut encore s’aggraver dans le Nord-Est, le Nord-Ouest et le Centre nord du pays.

Il n’est pas exclu que ZIKA soit associé à d’autres types de complications.

Il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

En savoir plus :

1. Consulter les informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

2. Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère des affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes).

Vaccinations contre la fièvre jaune

L’entrée au Brésil est désormais soumise à l’obligation de vaccination contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance des régions ou pays suivants : Guyane française, Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela. L’original du certificat de vaccination est nécessaire.

Plusieurs cas de fièvre jaune ont été constatés dans l’État de Goias ainsi que dans le district de Brasilia. La vaccination est donc fortement recommandée avant tout déplacement dans ces régions, de même que pour les voyageurs souhaitant se rendre en Amazonie ou dans les États suivants : nord du Brésil, Minas Gerais, Rio de Janeiro, Sao Paulo, Rio Grande do Sul, Parana, Mato Grosso do Sul et État de Sao Paulo.

Autres vaccinations

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est nécessaire (rappels réguliers). D’autres vaccinations peuvent être conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B. La vaccination contre la rage peut également être prescrite par votre médecin. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Infection virale à Hantavirus

La transmission du virus se fait principalement par inhalation (ou contact avec une plaie) de particules virales originairement contenues dans les déjections des rongeurs. Les symptômes sont semblables à ceux de la grippe (fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, …). Il est possible que les personnes contaminées aient contracté l’infection à l’occasion de déplacements dans la campagne entourant Brasilia et ses villes-satellites. Il n’existe pas encore de vaccin contre cette affection.

VIH-Sida

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Hygiène alimentaire

Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée. Évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Évitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits. Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.

Quelques règles simples
  • Baignades dans les rivières ou lacs peu recommandées.
  • Evitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Evitez aussi de caresser des animaux.
  • Veillez à votre sécurité sur la route (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto).
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin, en quantité suffisante pour la durée du voyage et avec l’odonnance du praticien.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Langues

Le portugais

L'anglais est largement pratiqué dans les hôtels et le secteur touristique

 

Fêtes

Excursions

Adresses utiles

Quai d'Orsay

110 ou 220 V selon les régions.

Prises à fiches plates : prévoir adaptateur



Nos agences de voyages en région Nord-Pas-de-Calais
Au Comptoir des Vacances
35 place Foch
62500 St-Omer
Tél. : 03 21 98 04 31
M. Voyages
42 rue de Dunkerque
62500 Saint-Omer
Tél. : 03 21 39 68 75
M. Voyages
38 rue du Maréchal Leclerc
59190 Hazebrouck
Tél. : 03 28 40 62 95
M. Voyages
Zone Commerciale ED Picard - RN 43
62119 Noyelles-Godault
Tél. : 03 21 43 98 86